La brutalité des États-Unis et de l'Australie envers les femmes sur le territoire continental japonais

Publié le par Citoyen du Laniakea

 

After Hiroshima and Nagasaki: Tragedy and Humiliation. 
U.S. and Australian brutalisation of women on the Japanese mainland (Excerpt From Pages 66-69)

All References Are Provided in the Book Itself

“There was a far darker side to the U.S. and allied occupation of Japan, one which is little mentioned in the vast majority of histories – American or otherwise. When Japan surrendered in August 1945, mass rapes by occupying forces were expected… [despite setting up of a comfort women which recruited or otherwise trafficked desperate women to brothels] such crimes were still common and several of them were extremely brutal and resulted in the deaths of the victims. Political science professor Eiji Takemae wrote regard- ing the conduct of American soldiers occupying Japan:

‘U.S. troops comported themselves like conquerors, especially in the early weeks and months of occupation. Misbehavior ranged from black-marketeering, petty theft, reckless driving and disorderly conduct to vandalism, assault, arson, murder and rape. Much of the violence was directed against women, the first attacks beginning within hours after the landing of advanced units. In Yokohama, China and elsewhere, soldiers and sailors broke the law with impunity, and incidents of robbery, rape and occasionally murder were widely reported in the press [which had not yet been censored by the U.S. military government]. When U.S. paratroopers landed in Sapporo an orgy of looting, sexual violence and drunken brawling ensued. Gang rapes and other sex atrocities were not infrequent [...] Military courts arrested relatively few soldiers for their offences and convicted even fewer, and restitution for the victims was rare. Japanese attempts at self-defense were punished severely. In the sole instance of self-help that General Eichberger records in his memoirs, when local residents formed a vigilante group and retaliated against off-duty GIs, the Eighth Army ordered armored vehicles in battle array into the streets and arrested the ringleaders, who received lengthy prison terms.’

The U.S. and Australian militaries did not maintain rule of law when it came to violations of Japanese women by their own forces, neither were the Japanese population allowed to do so themselves. Occupation forces could loot and rape as they pleased and were effectively above the law. 

An example of such an incident was in April 1946, when approximately U.S. personnel in three trucks attacked the Nakamura Hospital in Omori district. The soldiers raped over 40 patients and 37 female staff. One woman who had given birth just two days prior had her child thrown on the floor and killed, and she was then raped as well. Male patients trying to protect the women were also killed. The following week several dozen U.S. military personnel cut the phone lines to a housing block in Nagoya and raped all the women they could capture there – including girls as young as ten years old and women as old as fifty-five.

Such behavior was far from unique to American soldiers. Australian forces conducted themselves in much the same way during their own deployment in Japan. As one Japanese witness testified: ‘As soon as Australian troops arrived in Kure in early 1946, they ‘dragged young women into their jeeps, took them to the mountain, and then raped them. I heard them screaming for help nearly every night.’ Such behavior was commonplace, but news of criminal activity by Occupation forces was quickly suppressed.

Australian officer Allan Clifton recalled his own experience of the sexual violence committed in Japan:

‘I stood beside a bed in hospital. On it lay a girl, unconscious, her long, black hair in wild tumult on the pillow. A doctor and two nurses were working to revive her. An hour before she had been raped by twenty soldiers. We found her where they had left her, on a piece of waste land. The hospital was in Hiroshima. The girl was Japanese. The soldiers were Australians. The moaning and wailing had ceased and she was quiet now. The tortured tension on her face had slipped away, and the soft brown skin was smooth and unwrinkled, stained with tears like the face of a child that has cried herself to sleep.’

Australians committing such crimes in Japan were, when discovered, given very minor sentences. Even these were most often later mitigated or quashed by Australian courts. Clifton recounted one such event himself, when an Australian court quashed a sentence given by a military court martial citing ‘insufficient evidence,’ despite the incident having several witnesses. It was clear that courts overseeing Western occupation forces took measures to protect their own from crimes committed against the Japanese – crimes which were largely regarded as just access to ‘spoils of war’ at the time by the Western occupiers.

As had been the case during the war, underreporting of rapes in peace- time due to the associated shame in a traditional society and inaction on the part of authorities (rapes in both cases occurred when Western militaries were themselves in power) would lower the figures significantly. In order to prevent ill feeling towards their occupation from increasing, the United States military government implemented very strict censorship of the media. Mention of crimes committed by Western military personnel against Japanese civilians was strictly forbidden. The occupying forces ‘issued press and pre-censorship codes outlawing the publication of all reports and statistics “inimical to the objectives of the Occupation.”’ When a few weeks into the occupation Japanese press mentioned the rape and widespread looting by American soldiers, the occupying forces quickly responded by censoring all media and imposing a zero tolerance policy against the reporting of such crimes. It was not only the crimes committed by Western forces, but any criticism of the Western allied powers whatsoever which was strictly forbidden during the occupation period – for over six years. This left the U.S. military government, the supreme authority in the country, beyond accountability. Topics such as the establishment of comfort stations and encouragement of vulnerable women into the sex trade, critical analysis of the black market, the population’s starvation level calorie intakes and even references to the Great Depression’s impact on Western economies, anti-colonialism, pan-Asianism and emerging Cold War tensions were all off limits.

What was particularly notable about the censorship imposed under American occupation was that it was intended to conceal its own existence. This meant that not only were certain subjects strictly off limits, but the mention of censorship was also forbidden. As Columbia University Professor Donald Keene noted: ‘the Occupation censorship was even more exasperating than Japanese military censorship had been because it insisted that all traces of censorship be concealed. This meant that articles had to be rewritten in full, rather than merely submitting XXs for the offending phrases.’ For the U.S. military government it was essential not only to control information – but also to give the illusion of a free press when the press was in fact more restricted than it had been even in wartime under imperial rule.

By going one step further to censor even the mention of censorship itself, the United States could claim to stand for freedom of press and freedom of expression. By controlling the media the American military government could attempt to foster goodwill among the Japanese people while making crimes committed by their personnel and those of their allies appear as isolated incidents. While the brutality of American and Australian militaries against Japanese civilians was evident during the war and in its immediate aftermath, it did not end with occupation. The United States has maintained a significant military presence in Japan ever since and crimes including sexual violence and murder against Japanese civilians continue to occur.” 

 

TRADUCTION :
Après Hiroshima et Nagasaki : Tragédie et humiliation.
La brutalité des États-Unis et de l'Australie envers les femmes sur le territoire continental japonais (Extrait des pages 66-69)
Toutes les références sont fournies dans le livre lui-même
"Il y a eu un côté beaucoup plus sombre de l'occupation du Japon par les États-Unis et leurs alliés, un côté qui est peu mentionné dans la grande majorité des livres d'histoire - américains ou autres. Lorsque le Japon s'est rendu en août 1945, on s'attendait à des viols en masse de la part des forces d'occupation... [malgré la mise en place d'un réseau de femmes de réconfort qui recrutait ou trafiquait des femmes désespérées pour les mettre dans des maisons closes] de tels crimes étaient encore courants et plusieurs d'entre eux étaient extrêmement brutaux et entraînaient la mort des victimes. Le professeur de sciences politiques Eiji Takemae a écrit au sujet de la conduite des soldats américains qui occupaient le Japon :
Les troupes américaines se sont comportées comme des conquérants, surtout dans les premières semaines et les premiers mois de l'occupation. Les écarts de conduite allaient du marché noir, des petits larcins, de la conduite imprudente et du désordre au vandalisme, à l'agression, à l'incendie criminel, au meurtre et au viol. Une grande partie de la violence était dirigée contre les femmes, les premières attaques ayant commencé quelques heures après le débarquement des unités les plus avancées. À Yokohama, en Chine et ailleurs, les soldats et les marins ont enfreint la loi en toute impunité, et les incidents de vol, de viol et parfois de meurtre ont été largement rapportés dans la presse [qui n'avait pas encore été censurée par le gouvernement militaire américain]. Lorsque les parachutistes américains ont débarqué à Sapporo, une orgie de pillages, de violences sexuelles et de bagarres en état d'ivresse s'en est suivie. Les viols collectifs et autres atrocités sexuelles n'étaient pas rares [...] Les tribunaux militaires ont arrêté relativement peu de soldats pour leurs infractions et en ont condamné encore moins, et les dédommagements pour les victimes étaient rares. Les tentatives d'autodéfense des Japonais étaient sévèrement punies. Dans le seul cas d'autodéfense que le général Eichberger mentionne dans ses mémoires, lorsque les habitants de la région ont formé un groupe d'autodéfense et ont exercé des représailles contre des GI hors service, la Huitième armée a ordonné la mise en place de véhicules blindés en ordre de bataille dans les rues et a arrêté les meneurs, qui ont été condamnés à de longues peines de prison".
Les militaires américains et australiens n'ont pas respecté l'état de droit lorsqu'il s'agissait de viols de femmes japonaises par leurs propres forces, et la population japonaise n'était pas non plus autorisée à le faire elle-même. Les forces d'occupation pouvaient piller et violer à leur guise et étaient effectivement au-dessus de la loi.
Un exemple d'un tel incident est survenu en avril 1946, lorsque du personnel américain dans trois camions a attaqué l'hôpital de Nakamura dans le district d'Omori. Les soldats ont violé plus de 40 patientes et 37 membres du personnel féminin. Une femme qui avait accouché deux jours auparavant a vu son enfant jeté par terre et tué, et elle a été violée à son tour. Les patients masculins qui essayaient de protéger les femmes ont également été tués. La semaine suivante, plusieurs dizaines de militaires américains ont coupé les lignes téléphoniques d'un bloc d'habitations à Nagoya et ont violé toutes les femmes qu'ils ont pu y capturer - y compris des filles de dix ans et des femmes de cinquante-cinq ans.
Un tel comportement était loin d'être unique chez les soldats américains. Les forces australiennes se sont conduites de la même manière lors de leur propre déploiement au Japon. Comme l'a déclaré un témoin japonais : "Dès que les troupes australiennes sont arrivées à Kure au début de 1946, elles ont "traîné des jeunes femmes dans leurs jeeps, les ont emmenées dans la montagne, puis les ont violées. Je les ai entendues crier à l'aide presque toutes les nuits". Un tel comportement était courant, mais les nouvelles d'activités criminelles des forces d'occupation furent rapidement supprimées.
SUITE...
L'officier australien Allan Clifton a raconté sa propre expérience des violences sexuelles commises au Japon :
Je me tenais à côté d'un lit à l'hôpital. Sur ce lit était allongée une fille, inconsciente, avec ses longs cheveux noirs en bataille sur l'oreiller. Un médecin et deux infirmières s'efforçaient de la ranimer. Une heure auparavant, elle avait été violée par vingt soldats. Nous l'avons trouvée là où ils l'avaient laissée, sur un terrain vague. L'hôpital se trouvait à Hiroshima. La fille était Japonaise. Les soldats étaient des Australiens. Les gémissements et les lamentations ont cessé et elle est redevenue calme. La tension déchirante de son visage avait disparu, et la peau douce et brune était lisse et non plissée, tachée de larmes comme le visage d'une enfant qui s'est endormie en pleurant".
Les Australiens qui commettaient de tels crimes au Japon étaient, lorsqu'ils étaient découverts, condamnés à des peines très légères. Ces peines ont même été le plus souvent atténuées ou annulées par la suite par les tribunaux australiens. Clifton a lui-même raconté un de ces évènements, lorsqu'un tribunal australien a annulé une sentence prononcée par une cour martiale militaire en invoquant des "preuves insuffisantes", bien que l'incident ait fait intervenir plusieurs témoins. Il est clair que les tribunaux qui ont surveillé les forces d'occupation occidentales ont pris des mesures pour protéger les leurs des crimes commis contre les Japonais - des crimes qui étaient largement considérés comme un simple accès au "butin de guerre" à l'époque par les occupants occidentaux.
Comme cela avait été le cas pendant la guerre, la sous-déclaration des viols en temps de paix en raison de la honte associée dans une société traditionnelle et de l'inaction des autorités (dans les deux cas, les viols ont eu lieu lorsque les militaires occidentaux étaient eux-mêmes au pouvoir) aurait fait baisser les chiffres de manière significative. Afin d'éviter que le malaise face à leur occupation ne s'accentue, le gouvernement militaire des États-Unis a mis en place une censure très stricte des médias. La mention des crimes commis par des militaires occidentaux contre des civils japonais est strictement interdite. Les forces d'occupation "ont publié des codes de presse et de précensure interdisant la publication de tous rapports et statistiques "contraires aux objectifs de l'Occupation"". Lorsque quelques semaines après le début de l'occupation, la presse japonaise a mentionné le viol et le pillage généralisé commis par les soldats américains, les forces d'occupation ont rapidement réagi en censurant tous les médias et en imposant une politique de tolérance zéro contre la publication de tels crimes. Ce ne sont pas seulement les crimes commis par les forces occidentales, mais toute critique des puissances alliées occidentales, quelles qu'elles soient, qui ont été strictement interdites pendant la période d'occupation - pendant plus de six ans. Le gouvernement militaire américain, l'autorité suprême du pays, n'avait donc plus de comptes à rendre. Des sujets tels que la mise en place de postes de confort et l'encouragement des femmes vulnérables au commerce du sexe, l'analyse critique du marché noir, l'apport calorique de la population au niveau de famine et même les références à l'impact de la Grande Dépression sur les économies occidentales, l'anticolonialisme, le pan-asiatisme et les tensions émergentes de la guerre froide étaient tous interdits.
Ce qui est particulièrement remarquable dans la censure imposée sous l'occupation américaine, c'est qu'elle était destinée à dissimuler sa propre existence. Cela signifie que non seulement certains sujets étaient strictement interdits, mais que la mention de la censure était également interdite. Comme l'a fait remarquer le professeur Donald Keene de l'Université de Columbia : La censure de l'occupation était encore plus exaspérante que la censure militaire japonaise, car elle insistait pour que toute trace de censure soit dissimulée. Cela signifiait que les articles devaient être réécrits dans leur intégralité, plutôt que de simplement soumettre des XX pour les phrases offensantes". Pour le gouvernement militaire américain, il était essentiel non seulement de contrôler l'information - mais aussi de donner l'illusion d'une presse libre alors que la presse était en fait plus restrictive qu'elle ne l'avait été même en temps de guerre sous le régime impérial.
En allant un peu plus loin dans la censure, même en mentionnant la censure elle-même, les États-Unis pouvaient prétendre défendre la liberté de la presse et la liberté d'expression. En contrôlant les médias, le gouvernement militaire américain pouvait tenter de favoriser la bonne volonté du peuple japonais tout en faisant apparaître les crimes commis par son personnel et celui de ses alliés comme des incidents isolés. Si la brutalité des militaires américains et australiens à l'égard des civils japonais était évidente pendant la guerre et dans ses suites immédiates, elle ne s'est pas terminée avec l'occupation. Les États-Unis ont maintenu une présence militaire importante au Japon depuis lors et des crimes, y compris des violences sexuelles et des meurtres, continuent d'être commis contre des civils japonais."
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article